Masser son bébé est un merveilleux moyen de partager un temps privilégié. C’est un moment hors du temps et d’échange, d’abord par le toucher mais aussi par le regard et la parole.

Le toucher est le premier sens développé in-utéro. Eveiller à nouveau ce sens apportera des bienfaits incroyables à vous et votre enfant:

. Développe le lien d’attachement: le contact physique stimule la production d’ocytocine (hormone du plaisir). Vous aidez ainsi votre bébé à se construire sereinement.

. A un effet positif sur le sommeil : le massage favorise la sécrétion de la mélatonine  (hormone du sommeil).

. Développe la conscience corporelle du nourrisson.

.  Instaure une communication rassurante.

.  Aide à la bonne digestion (soulage la constipation et stimule le transit).

.  Favorise la circulation sanguine et améliore la vitalité générale.

. Soulage certains maux tels que les coliques ou les poussées dentaires.

. Renforce le lien parent-bébé et permet une meilleure compréhension de son enfant.

. Pour les parents, c’est un bon moyen de prendre confiance en sa capacité de prendre soin de son bébé et de créer un environnement familial détendu.

 


Voici quelques astuces pour favoriser ce temps de détente:

. Choisissez un moment où votre bébé est éveillé et détendu.

. S’assurer que la pièce est assez chaude.

. Ne portez pas de bijoux qui pourraient érafler la peau.

. Soyez à l’écoute de votre bébé. Si ce n’est pas le bon moment, essayez une autre fois.

. Les premiers jours de vie de votre enfant, mettez quelques gouttes d’huile de massage dans le bain pour adoucir l’eau.

. Le premier mois, il s’agit davantage d’effleurements et de caresses.

. La durée du massage s’allonge au fur et à mesure que votre bébé s’y habitue.

. Faites-vous confiance. Faites appel à votre instinct et laissez de côté les gestes techniques.

. Parlez à votre bébé tout doucement, vous pouvez même lui chanter une petite chanson.

 

 

 

Voilà, vous n’avez plus qu’à savourer et partager doux moments de détente et de complicité avec votre amour.

With love,

Emilie.